Le sujet est de plus en plus présent dans notre secteur. A la fois sujet de nombreux articles dans les revues spécialisées, il est même sujet à des politiques publiques dédiées comme le Plan BIM 2022. Ainsi, le BIM semble être la solution pour améliorer le triptyque Coûts, Temps et Qualité. L’acronyme BIM, qui signifie Building Information Modeling que l’on traduit en français par Modélisation des Données du Bâtiment, englobe à la fois la modélisation en plusieurs dimensions des données bâtimentaires et une méthodologie de travail collaboratif entre tous les acteurs des projets de construction. Mais concrètement de quoi s’agit-il ? 

 

Un peu de théorie pour commencer... 

Tout d’abord, il faut s’intéresser au principe de modélisation des données du bâtiment. Si l’expression peut sembler barbare, dans les faits, c’est nettement plus simple à comprendre. Il s’agit tout simplement d’une combinaison entre représentation graphique (souvent en 3D) d’un ouvrage et de l’ajout des informations de tous les éléments de construction de manière structurée au sein de la représentation graphique. Sur l’image ci-dessous, on voit clairement une maquette numérique en 3D composée des éléments de construction et à gauche, les informations associées aux objets, comme les dimensions d’un mur (en rouge sur la maquette). 

plateforme BIM Kairnial

Screenshot de notre plateforme collaborative Kairnial 

 

Un des principes du BIM consiste à optimiser la collaboration dans un environnement en 3D mais aussi en 4D, 5D, XD (autant de dimensions qu’on le souhaite) en fonction des informations qu’on ajoute aux éléments. Là où la 3D se contente de coordonnées géométriques, la 4D par exemple apporte une notion de temps et de planification et la 5D prend en compte les notions de coûts. La notion de maquette numérique étant maintenant plus claire, il convient de s’arrêter un instant sur la collaboration évoquée en début d’article. 

 

Fluidifier les échanges entre les intervenants 

La convention BIM permet de définir le cadre collaboratif entre tous les acteurs du projet. collaboration est organisée par un document appelé convention BIM. Ce document est souvent produit par un AMO BIM et régit la manière dont les équipes doivent travailler ensemble autour de la maquette numérique ainsi que les livrables que chacun doit produire au cours du projet. La convention BIM proposée par Plan BIM 2022 résume l’objectif d’une convention BIM comme ceci : “Elle rappelle les attentes du maître d’ouvrage (...), définit les usages du BIM pour le projet, fixe les règles concernant l’utilisation du BIM et précise l’organisation mise en place et le rôle de chaque acteur”. On distingue différents niveaux d’usages du BIM Enfin, on établit des niveaux d’usages  types de BIM en fonction du niveau de collaboration. Au niveau 1, chacun produit et met à jour des maquettes ou des plans de son côté, tout en respectant une structure précise pour le stockage des informations contenues dans l’environnement de données commun (souvent un logiciel qui propose une GED). 

Le niveau 2, aujourd’hui le plus répandu, se concentre sur la collaboration. Chaque acteur produit sa maquette numérique, en suivant un processus commun qui nécessite le déploiement d’une plateforme collaborative est le premier niveau dans lequel les acteurs du projets vont mutualiser les différentes maquettes numériques. Par exemple, le bureau d’étude fluide (BE) réalise sa maquette, l’entreprise en charge du lot CVC fait de même et à la fin, les 2 maquettes sont regroupées dans une maquette consolidée. Pour permettre d’échanger les informations, la convention BIM préconise des formats comme les IFC (Information Foundation Class), le RVT (format propriétaire Autodesk Revit) ou encore le BCF (BIM Collaboration Format) pour échanger des notes autour de la maquette. Enfin le niveau 3 (pas réellement appliqué aujourd’hui) est le niveau où une maquette unique est utilisée par toutes les équipes. 

 

Et Kairnial dans tout cela ? 

Chez Kairnial, nous sommes convaincus de l’importance du BIM. Loin d’être un buzz word, nous constatons chaque jour les avantages du BIM auprès de nos clients, ce qui nous conforte dans notre choix d’avoir développé une plateforme compatible avec les 3 formats principaux que sont le RVT, l’IFC et plus récemment le BCFNotre objectif est de démocratiser l’usage du BIM et notamment de favoriser l’exploitation de la maquette numérique pendant toutes les étapes de vie des ouvrages, de la conception à l’exploitation, sans avoir besoin de connaissances spécifiques ou de logiciels supplémentaires. Depuis les mobiles, les tablettes ou un ordinateur vous pouvez consulter les livrables et maquettes numériques directement dans l’application. Le visualiseur BIM reprend automatiquement toutes les informations des maquettes numériques. Ainsi, les équipes terrain peuvent consulter l’altimétrie des éléments de construction pour prévoir plus facilement les réservations en phase de construction par exemple.  

module BIM KairnialAfin de respecter les règles définies par la convention BIM, Kairnial permet de mettre en place des processus de validation et d’enrichissement de la maquette directement depuis la plateforme. Si nous reprenons notre exemple de la maquette réalisée par le lot menuiserie, il est possible de demander au lot serrurerie d’ajouter les informations de chaque serrure au sein des portes contenus dans la maquette. En enrichissant la maquette via Kairnial, l’entreprise serrurerie économise des licences d’autres logiciels, permet à tous les intervenants du projet d’avoir la bonne information. Si le coût de chaque serrure est également renseigné, la MOA peut mettre à jour de son côté son bilan financier. S’agissant du workflow de validation, le BIM manager peut réaliser des revues de projet avec les équipes dès qu’il le souhaite. Enfin, l’exploitant de l’asset, après la livraison de l’ouvrage, va pouvoir bénéficier à son tour de la maquette numérique pour consulter très facilement toutes les informations relatives au bâtiment. Il sait immédiatement où se situe chaque conduite en cas de fuite par exemple, ou encore le niveau coupe-feu des portes, information exigée par la commission de sécurité. 

Vous l’avez compris, le BIM est plus qu’un simple outil de visualisation 3D. Il requiert un accord préalable sur les règles applicables et sur le type de maquettes désirées. Mais pour reprendre un célèbre adage, “l’essayer, c’est l’adopter”! Et si vous souhaitez être accompagné pour sa mise en place, nos experts Kairnial seront ravis de vous aider.